L’engouement pour les pièces en argent et en or toléré jusqu’à un certain point

Signe de l’inflation rampante qui menace de grignoter nos économies, l’attractivité des pièces de monnaie constituées d’or ou d’argent n’a jamais été aussi forte. Qu’elles soient attachées à d’anciennes monnaies comme le franc ou issues de monnaies alternatives, leur valeur décolle.

La Tribune nous apprenait hier qu’une pièce de 5 francs frappée entre 1959 et 1969 vaut désormais 9 euros. Pourtant, si on se réfère à la parité choisie au moment du passage à l’euro (1 euro = 6,5597 francs), cette pièce ne devrait valoir qu’à peine 76 centimes d’euro. Comment expliquer une telle différence, alors que ces pièces n’ont jamais intéressées les collectionneurs ? Tout simplement parce que nos anciens francs contiennent du métal précieux : de l’argent en l’occurrence. Enfin, toutes les pièces frappées jusqu’au début des années 1980, époque à laquelle l’Etat a cessé d’incorporer des métaux précieux dans l’alliage des pièces. La suite ici ->

Cours du jour

Historique des cours