Quand le marché de l’art prévoit les crises

L’argent et l’or ne sont pas les seules stars en temps de crise. Il y a aussi le marché de l’art. Et oui ! Quand l’inflation guète, tous les actifs tangibles sont bons à prendre.

Avec la chute du dollar, les investisseurs se ruent sur tous les actifs tangibles : or, argent-métal, pétrole et autres matières premières. Ils se précipitent même sur les objets d’art. Et sur ce marché, lorsque la demande explose, une nouvelle crise économique n’est jamais très loin.

Derek Thompson, chroniqueur au journal The Atlantic, suggère que les prix record atteints par les oeuvres d’art vendues aux enchères constituent « un indicateur important de l’effondrement économique ». Dans son article, intitulé The Art of Bubbles: How Sotheby’s Predicts the World Economy (L’art des bulles : comment Sotheby’s prédit l’économie mondiale), Thompson souligne le rôle prépondérant de la Chine dans ce marché en pleine ébullition. « La flambée des enchères record atteintes dans les salles de ventes [en Chine] rappelle étrangement le Japon de 1987 et les Etats-Unis de 2007… En quatre ans, la Chine a dépassé les Etats-Unis, passant du quatrième au premier rang mondial dans le marché des oeuvres d’art », a-t-il expliqué.

Source: MoneyWeek

Cours du jour

Historique des cours