Chine: Crise immobilière, le grand retour

Voilà, la Chine rejoint dorénavant le monde dans la crise. Ca nous aura pris un peu de temps, mais le tsunami financier ne s’arrêtera pas aux frontières de l’empire du Milieu.

Avec une inflation de 5.5% au mois de mai et un secteur immobilier en pleine crise, la Chine fait face à un risque systémique, qui pourrait avoir d’énormes répercutions sur tous ses partenaires commerciaux, comme le Brésil ou l’Australie, gros fournisseurs de matières premières.

Se pourrait-il alors que le peuple Chinois, à l’instar des Américains, voyant l’immobilier chuter de 20%, décide d’augmenter ses achats d’or et d’argent pour se protéger ?

Désormais, la Chine est victime de son succès. Il y a des signes qui ne trompent pas. Inflation, croissance à deux chiffres, villes fantômes qui fleurissent dans les campagnes… une belle bulle s’est formée sur l’immobilier depuis quelques mois.

D’ailleurs, la grande question qui préoccupe les analystes n’est pas s’il y a une bulle, mais plutôt quand va-t-elle exploser.

Nous pouvons maintenant répondre : en juin 2011.

Depuis une semaine, les signaux rouges s’accumulent. Préparez-vous à l’atterrissage. Reste à savoir s’il sera d’urgence…

L’immobilier chinois est devenu fou
En 2006, un appartement coûtait en moyenne 100 000 $. C’était l’équivalent de 32 ans de revenus pour un résident moyen.

En 2011, le prix moyen a plus que doublé, à plus de 250 000 $ !

Mais la tendance a commencé à s’essouffler. D’après une étude de Standard Chartered Bank, des villes moyennes comme Dalian et Tianjin pourraient se retrouver avec l’équivalent de 20 mois de stocks immobiliers en fin d’année.

La suite ici : Edito Matières Premières

Cours du jour

Historique des cours